Actualités

Arrivé vers 9h30 le samedi sur place, Les Demay et Francis étaient déjà la. Petit moment d'hésitation sur comment on se réparti dans les tentes, je décharge mes affaires dans une des tentes, pour finalement tout redéplacer dans une autre, pour finalement tout re-redéplacer dans la première... Ouf c'est bon, je ne bougerais plus !!! Un coup de crème solaire parce que ça commence à taper sévère et on aide au montage du campement.
Les suivants arrivent, on se réparti par équipe dans les tentes, un bon barbec et direction le briefing. La pression commence à monter, les nuages arrivent mais toujours pas de pluie... Top départ, Manu par tranquille, il est loin, il respecte à merveille le concept du roulcoul... En fait il suivait une demoiselle qui roulait en bikini et n'osait pas la doubler tongue
Ensuite je vais faire un tour au chapiteau pour voir ou en sont nos coureurs puis quand je rentre les premiers arrivent au parc relais : Theo 1, Matthieu 2... ça commence bien big_smile
Manu arrive à son tour un peu plus tard, bloqué comme moi l'an dernier dès les premiers entonnoirs. Yvan attaque son premier tour qu'il boucle en un peu plus d'une heure, Jérôme à son tour, puis Fred, puis Alberto... Puis les gouttes arrivent quand je m'élance... Et oui, les organisateurs nous l'avaient caché, ils ont commandé 8 heures de pluie tropicale... Donc début de parcours tranq... non en fait, je pars à bloc dans le première descente, je double, je double, la nuit tombe mais je profite encore du peut de lumière qui reste pour passer le plus rapidement possible les premiers kilomètres... Plus j'avance, plus il pleut fort, chouette... Dernière montée avant le chapiteau, tout va bien et arrivé au chapiteau je me dis que je vais en chier pour la fin : dans les bois ça commençait seulement à glisser, mais à découvert ça devenait déjà collant et la pluie redoublait...
Donc passage du chapiteau tranquille, descente vers la montée des nains tout en prudence puis la montée des nains arrive, je m'écarte pour laisser passer 2 machines au pied ce qui me fait glisser sur une racine, je pose le pied et je repars dans la foulée pour avaler tranquillement le reste de la montée. Dans les bois ça va encore. Arrivé en haut ça roule encore bien mais ça devient très glissant... Ensuite arrive la dernière partie, beaucoup plus à découvert et là c'est un carnage. il fait nuit noire maintenant, je ne connais pas le circuit, je découvre tout, chaque cailloux, chaque racine fait dégager les roues, la fine couche de boue est ultra collante... J'arrive tant bien que mal au serpent, je vois deux coureurs devant moi à pied, je me demande à ce moment ce que je fais encore sur le vélo... Je passe le premier virage sur le vélo mais je me demande encore comment j'ai fais pour ne pas aller au tas puis je fais toute la fin à pied. La montée qui suit passe encore, c'est raide mais tant qu'on évite les racines ça passe. Après la montée par contre c'est une autre histoire presque toute la fin est à découvert, je suis planté sur le circuit, ça n'arrête pas de bourrer, j'essaie de garder de la vitesse, de passer les petits coup de cul en force pour ne pas avoir à changer de vitesses, ça passe difficilement, puis le dernier km jusqu'à la fin un peu plus abritée fait du bien mais le mal est fait... J'arrive au relais, je scanne, je vois mon temps et là j'suis dég... je met moins de 25 minutes sur la première boucle jusqu'au chapiteau, et près d'une heure pour la seconde partie... Je ne le sais pas encore mes mais crapauds sont déjà terminés...
Je passe le relais à Manu, rentre au campement, il pleut, le vent se lève, je grelotte, je commence à avoir mal au bide... Je vais me doucher directement, j'attends 20 minutes trempé... Une douche glacée et ça repars... Euh non en fait, je passe d'abord par la remorque d'à côté soulager un peu mes intestins puis je rentre au campement, il pleut toujours, je discute avec mes coéquipiers et finalement on décide de passer une bonne nuit et de voir au petit matin comment ça se passe. Fred ira quand même faire un tour de nuit sous la pluie pour le plaisir... 
Entre temps un quad vient au campement, on nous annonce que benji est out, cheville en vrac... Aïe... Les kiwis ne sont plus que 2...
Quelques crampes et quelques aller retour au chiottes plus tard, la pluie s'arrête enfin mais le vent reste très fort, mes fringues sont humide, ma veste est trempée, je suis gelé, j'ai pas dormi, au top !!!
Matthieu rentre de son tour, on ne voit même plus la couleur du vélo, ce qui fini d'achever ma motivation... On va attendre JC avec Pascal, on a une discution surréaliste avec un des organisateurs qui nous dit : "ça roule bien jusqu'à la fin, on va juste enlever la dernière partie"... JC arrive au bout de plus de 2h d'efforts dans un état dans lequel je ne l'avais jamais vu et le son de cloche est tout autre, ça colle de bout en bout, on pousse plus le vélo qu'on roule dessus... D'ailleurs de nos équipes il ne reste plus que les kakis qui roulent car 1er au général et Romaric qui fait un numéro en solo... Les kiwis font un break après une nuit à tourner à deux... En fait très peut d'équipes tournent, à 6h du mat' beaucoup commençaient à lever le camp...
Le circuit est inroulable... ça s'est amélioré vers 10h du mat' une fois que la dernière partie fut coupée par les organisateurs.
De mon côté je commence à ramener mes affaires à la voiture, je fais un faux mouvement, grosse douleur au niveau des côtes... ça change pas grand chose mais 13e crapauds définitivement terminés...
Finalement nos équipes redémarrent après un break de quelques heures et on arrive à la fin.
Au final les kakis gagnent au scratch et en catégorie, Romaric gagne en solo, le C3F toujours meilleur club et on ramène une nouvelle fois le trophée des crapauds !!!
Bravo à tout le monde !!! à l'organisation très bien rodée,  à Maddy et Dom pour la restauration !!!
Vive le C3F !!

(Résumer de Olivier )

 

Bon... Retour sur mes crapauds... 
Cette année, c'était une année particulière. Suite à une blessure légère au pied, à un achat immobilier et pleins d'excuses surtout, j'ai lâché le vélo 3 mois... de mi-décembre à mi-mars. 
Ça a été dur de reprendre ! Surtout que le temps n'a pas aidé ! J'ai repris 3 jours avant la spécial Fred. Ça a été dur, je me souviens de cette première sortie route scotché au sol... Ensuite spécial Fred, ça a fait du bien de reprendre le VTT et de rouler avec le club, la motivation et l'envie de faire une belle saison étaient revenues avec un unique objectif cette année: les crapauds ! 
Suite à cela et depuis quelques semaines, on cherchait à refaire des équipes. Ça c'est plutôt bien goupillé avec un engouement pour les 2 équipes de 4 pour jouer le trophée et à peu prêt autant de monde que les autres années: le C3F est toujours là malgré les mauvaises langues ! 
Suite à cela, la chasse aux derniers papiers...Toujours les mêmes à l'arrache pour fournir les papiers (heureusement certain ne font plus parti du club, oui je suis content !) Je passe la chasse au cash... J'attends encore une personne à ce jour qui n'est même pas venue finalement en me disant ça 2 heures avant la course... Mais je ne louperai pas croyez moi... 
Bref, ça parait anodin, mais ça, plus ça, plus ça... C'est un temps de fou !!! Pour info j'ai un métier et une vie aussi à côté moi ! J'arrête sur le coup de gueule, mais juste pour dire que je ne lâche pas l'affaire mais ce sera différent l'année prochaine. 
Donc sportivement je suis parti de loin cette année, mais j'ai tout donné pour revenir.  
Cette année c'était un autre rythme. Pas de courses pour l'entrainement, parce que j'ai du mal avec le format coupe du grand Est VTT qui a considérablement changé en 4 ans, on n'y comprend rien et en plus le niveau technique et physique est tout sauf ludique pour des niveaux "intermédiaires" comme moi. Je ne parle même pas des coupes de France, sans parler de ce temps que je n'ai plus. 
Donc cette année, ça a été rando saucisson ! Je parle des randos du dimanche matin où pour 5 euros, il y a un buffet à volonté ! Ca c'est bon ! Et surtout avec les copains du C3F VTT. Bon j'avoue... on y allait pour rouler vite quand même, ça fait progresser ! 
Une autre motivation pour m'entraîner: mon frère ! En effet cette année je le vois depuis STRAVA (il vit en suisse) et il watt comme on dit... L'humiliation si il roule plus vite que moi aux crapauds ! Ca a toujours été la compétition entre nous pour le meilleur ! On a beau être dans la même équipe, mais c'est le match dans le match pour ces crapauds. 
Bref, les crapauds arrivent vites et certes je n'arrive pas au niveau attendu, mais je me dis vraiment que j'ai fait mon maximum et je suis fier de moi ! 
Sinon à peu de temps des crapauds, ça a été l'hécatombe de blessés et de changements... Un gros stress mais on s'en sort grâce à 3 courageux de YUTZ de dernière minute ! Merci encore à eux ! 
Bon, on en arrive aux crapauds, une drôle d'édition avec tout ça déjà. Mais pas plus de stress que ça avec l'expérience. 
Le samedi matin je me dis que mon année tourne quasiment autours des crapauds... Janvier, on commence à se dire, c'est bientôt les crapauds, faut faire les équipes. En février on fait les équipes, en mars on inscrit les équipes, en avril on attend si on est bien inscrit, en mai on s’entraîne, en juin c'est les crapauds, ensuite on récupère un peu et on s’entraîne à nouveau pour les crapauds ! J'exagère à peine ! Bon à côté comme je dis plus haut, j'ai une vie quand même... Mais le vélo en prend une grande place. 
Et c'est parti, 15h ! début des crapauds !  
Matt me déçoit infiniment... il finit 2ème du premier tour derrière Théo... ça rappelle une précédente édition... tongue 
Puis je pars pour mon premier relais, j'en chie... pas fier de moi cette fois, j'ai du mal à me mettre dedans... Je donne le relais à mon frère, déçu. Et je me dis que si il pleut sur un tel circuit, ce sera une patinoire ! 
Une petite douche suite à ce tour (j'avais prévu 7 sacs avec 7 tenues + serviettes pour être à chaque fois au top de la récup parce que c'est dur les crapauds à 4... Et moi on me la fait plus depuis le temps ! 
Suite à ça j'attends mon frère, il tarde à venir par rapport à moi, parce que je suis sur qu'il est plus entraîné que moi cette année (je fais 53'41"" pour mon premier tour et lui 54'00"). Je le vois arrivé énervé, le genou en sang... J'ai l'habitude avec lui avec le nombre de crapauds que l'on a fait ensemble, mais quand même... Il me dit "il y a un gros Enc***..." je lui dit chutttttt pas dans les stands...  L'image du club merde !!! Pardon... Suite à ça il nous dit c'est pas trop grave, jusqu'à ce qu'il commence à nettoyer la plaie... Et là même si on essaye de trouver une solution, on sait que c'est la fin pour lui... C'est dur de finir à 3 les crapauds, mais c'est encore plus dur de se dire que c'est fini pour lui parce qu'il y avait mis du coeur pour être au top... Le moral est parti suite à ça pour mon deuxième tour. On continue.  
Finalement ça se passe bien, je ne me tue pas. Je suis loin en temps de mes deux équipiers mais on assure. Petite douche et ça repart ! Troisième tour, début de la pluie, pas mal de boue sur la fin, je fais encore mon tour pendant le feu d'artifice (la poisse!) mais j'assure tranquillement. 
Ensuite grosse pluie, j'attends mon tour. C'est plus dur moralement là... Un peu avant 1h du mat, je discute avec les personnes présentes sur notre point restauration et je me dis que à 3 c'est dur, mais la pluie c'est pire ! Je dis à tout le monde au camp :"c'est mes derniers crapauds, c'est con de rouler dans ces conditions..." 
Je pars, Matt me dit que ça passe mieux comme c'est bien liquide. Je pars confiant, mais très attentif. 
Je monte et descend la passerelle prudemment (j'avais déjà faillit tomber deux fois avant), je me vois resserrer mon casque et je me lance... Ca glisse un peu sur la pierre mais je gère. Au bout de 400m, j'ai un peu de boue dans les yeux, je cligne des yeux pour que ça passe et là mes deux roues glissent d'un coup latéralement à droite et je tombe sur mon coté gauche en traînant sur plusieurs mètres. 
Sur le coup, j'ai du mal à me relever et je me dis "mais quel con!!!!".  C'est le même endroit que mon frère... Cette zone a déjà été renommée "la tranchée des WEISS"… Je souffre, je me sens pas bien, ça a cogné fort mais je me relève et je remets mon guidon. J'ai mal au pied, je n'arrive pas à m'appuyer dessus. Je me dis, en roulant ça va passer et je repars dans la descente sans pédaler. Arrive la première montée dans la cuvette, je ne peux pousser du pied gauche, donc je fais tout avec le droit et l'élan et ça passe. Mais ça s'empire, je hurle... je me dis ça va se remettre, je dois continuer, on est plus que 3... Et là arrive une petite bosse que je n'arrive pas à passer... Je mets le pied gauche à terre et là... sale image dans ma tête dur à enlever...le vélo descend tout seul, je suis à terre au milieu de la montée... Plus possible de bouger, je sais que c'est fini... Un autre vététiste arrive, je lui demande de prendre mon vélo, il me le monte en haut du talus, me voit et me dit de ne pas bouger. Je lui dis "mais mon équipe !" il me dit "t'as d'autres problèmes là, c'est ta santé qui est en jeu". Il m'aide à redescendre et il va chercher les secours (il, c'est Clément de l'équipe 234 VÉL'UTC A) il a même ramené mon vélo à notre camp après l'intervention des secours... Bref un très grand merci à lui ! Pendant le moment où il va chercher les secours et leur arrivée, j'attends 20min. Là je suis au bord du circuit trempé avec ma frontale, totalement impuissant. Un truc me choque... seul 1 concurrent sur 5 s'arrêtent pour me demander si ça va bien... Franchement, sur le coup on croit rêver... Mais bon l'équipe de secours arrive vite et s'est occupée de moi dans des conditions plus que difficiles. Marc passe par hasard de son tour (lui il s'arrête ! Messages aux autres cons !) et me rassure. On est pas proche du premier accès en quad, donc Marc et un secouriste m'ont portés sur plus d'une centaine de mètres (vu le poids, c'était aussi éprouvant qu'un tour pour eux !). J'avais peur qu'ils tombent et que je me casse autre chose, mais ils ont été très bons !  
J'étais déçu pour le reste de mon équipe et je culpabilise quand même ! Je les admire du fait qu'ils aient continués et gagnés le trophée. J'espère qu'ils pourront récupérer rapidement. 
Suite à ça, quad jusqu'au départ, premier soin, pompiers... Je préviens mon frère qui rentre seulement des urgences après 6 heures d'attente et 6 points de sutures mal faits qui lui vaudront 3 jours d'arrêts de travail... Il est avec mes parents qui apprennent donc la blessure du second... Désolé pour la salle soirée et nuit qu'ils ont passées... Je préviens également ma compagne qui était partie au début de mon 4ème tour et qui était rentrée à la maison et au lit... Elle viendra me chercher à 3 heure aux urgences, la pauvre... Sinon, franchement 2h entre la chute et la fin des soins aux urgences, ça mériterait un trophée des crapauds catégorie Secours, un vrai travail d'équipe ! Sur le coup, avec le manque de lucidité, j'ai eu peur de tomber sur Franck, mais je me suis souvenu qu'il était au TRJV avec Théo, donc la panique est vite retombée en attendant les pompiers... ouf ! 
Pour la fin de l'histoire, radio le lendemain, avis du chirurgien 2 jours après... fracture de la malléole péronière, plâtre 6 semaines + rééducation aussi longue. Certain diront que c'est rien un péroné... mais ça sert au moins à faire très mal plus d'autres fonctions auxiliaires... 
Bref, après 6 jours j'ai encore très mal... ça travail là dedans... Mais je perds pas le moral ! Le plus dur c'est de ne rien pouvoir faire... chaque mètre se paye, donc je bouge pas, je reste sage comme toujours. Merci à ma compagne pour sa patience ! Merci pour tous vos messages et appels. 
J'espère que la douleur va se calmer vite... Pour le boulot, j'ai 15 jours d'arrêt, mais je télé travaille, l'impact est minime pour le moment... Je vais même avoir une ressource en plus, pour ça ça valait presque le coup ! Non quand même pas, rien ne vaut le coût/coup d'une fracture ! 
Va falloir prendre le temps de digérer tout ça et revenir dans le game !  
Bon sinon, j'ai de la grenadine et des bières au frigo si vous voulez passer dire bonjour ! 
A bientôt !  
(résumer de notre Benji )

 

 

Zoom sur un partenaire

Alain Licht Carrelage & Maçonnerie